Je veux aller vivre à Ajaccio ! Pour le soleil, pour la mer, la chaleur, les palmiers, les fleurs, son petit air italien, et l'esprit paisible qui y règne.

Bien sûr, je vous parle beaucoup de New York, mon gros fantasme ; j'aimerais aussi une maison en Bretagne ou au Pays basque... Mais depuis septembre 2017, je fais désormais aussi une fixation sur Ajaccio ! Nous avons passé nos vacances tout près l'an dernier et nous avons eu l'occasion plusieurs fois d'aller goûter les charmes de la ville et j'ai vraiment eu un coup de foudre. 

z03

Je n'ai pas été particulièrement emballée par la Corse. Certes les paysages sont splendides, mais pas plus que dans tout pays méditerranéen. Et puis j'ai été désagréablement surprise par le nombre de kilomètres de littoral auquel on ne peut pas accéder parce que des gros richards ont construit leurs villas les pieds dans l'eau. Scandaleux. Il faut monter sur les collines pour voir la mer ! Par ailleurs, l'île est très sauvage, les villages minuscules et sans réel charme. C'est idéal pour la randonnée, c'est clair. Et pour qui aime les animaux, c'est très plaisant de voir cochons et vaches déambuler sur les routes en toute liberté ! Mais pour la "citadine intello" comme moi, c'était néanmoins frustrant : il n'y a pas grand-chose à voir et à découvrir "culturellement" parlant : châteaux, musées, artisanat... Mais je me verrais bien vivre à Ajaccio et faire de longues promenades à pied sur la côte Ouest, admirant les îles Sanguinaires au loin et m'enivrant des senteurs des collines.

La ville se situe dans la partie sud de la Corse. La ville n'est pas mentionnée par le géographe grec Ptolémée d'Alexandrie au IIe siècle apr. J.-C.. Or c'est vraisemblablement à cette époque qu'Ajaccio a connu son premier développement. En cette période de prospérité au sein du bassin méditerranéen (la Pax Romana), le besoin d'un véritable port à même d'accueillir de grands bâtiments à l'aval des différentes vallées qui aboutissent dans le golfe s'est fait probablement sentir (d'importantes découvertes archéologiques sous-marines récentes d'embarcations romaines tendent à le confirmer).

D'autres fouilles menées récemment ont permis la découverte d'importants vestiges paléochrétiens de nature à réévaluer à la hausse la taille de l'agglomération ajaccienne dans la deuxième partie de l'Antiquité et au début du Moyen Âge. La ville est en tous cas suffisamment notable pour être déjà le siège d'un diocèse. 

z04

A partir du VIIIe siècle la ville, à l'instar de la plupart des autres communautés côtières corses, décline fortement et disparaît presque complètement. 

À la fin du XVe siècle, les Génois désireux d'affirmer leur domination sur le sud de l'île décident de rebâtir la ville. Plusieurs sites sont alors considérés : la Pointe de la Parata (non retenue car trop exposée aux vents), l'ancienne ville (considéré finalement comme insalubre à cause de la proximité de l'étang des Salines), enfin la Punta della Lechia sur laquelle le choix est arrêté. La ville se développe rapidement et devient le chef-lieu de la province du Delà Des Monts (plus ou moins l'actuelle Corse-du-Sud), Bastia demeurant le chef-lieu de l'île entière.

D'abord colonie peuplée exclusivement de Génois, la ville s'ouvre lentement aux Corses. Ajaccio est occupée par les Français de 1553 à 1559, puis passe définitivement à la France en 1769 : après avoir vaincu l'armée royale à Borgo en octobre 1768, les patriotes de Pascal Paoli sont écrasés en mai 1769 à Ponte-Novu.

La ville est faite par Napoléon Ier, qui en est originaire, le chef-lieu de l'unique département de l'île au détriment de Bastia. C'est au cours des XIXe et XXe siècles qu'Ajaccio rattrape son retard sur cette dernière et devient la ville la plus peuplée de l'île.

z05 

La place Foch et sa statue... de Napoléon.

Le 9 septembre 1943, Ajaccio se soulève massivement contre l'occupant nazi et devient ainsi la première ville française libérée de la domination allemande. Le général de Gaulle se rend à Ajaccio le 8 octobre 1943, et déclare : "Nous devons sur le champ tirer la leçon de la page d'histoire que vient d'écrire la Corse française. La Corse a la fortune et l'honneur d'être le premier morceau libéré de la France ; ce qu'elle a fait éclater de ses sentiments et de sa volonté, à la lumière de sa libération, démontre que ce sont les sentiments et la volonté de la Nation tout entière".

Durant toute cette période, aucun juif n'a été exécuté ni déporté en Corse grâce à la protection accordée par ses habitants et son administration. Cette particularité permet aujourd'hui à la Corse de prétendre à devenir juste parmi les nations, titre qu'aucune région n'a encore eu (en France, la seule collectivité territoriale à avoir obtenu ce titre est la commune du Chambon-sur-Lignon). Le dossier est en 2010 en cours d'étude.

Depuis le milieu du XXe siècle, Ajaccio a connu un développement important. La cité a connu un accroissement démographique et un étalement urbain considérable. Aujourd'hui chef-lieu de la Corse et principale agglomération de l'île, elle cherche à s'affirmer comme une véritable métropole régionale.

Ajaccio dispose d'un potentiel touristique varié, possédant aussi bien un cadre culturel dans le centre de la ville qu'un patrimoine naturel à travers la mer Méditerranée, ses criques et ses plages, ainsi que la réserve Natura 2000 que constituent les îles Sanguinaires.

z06

La Préfecture

Il y a plein de choses sympas à voir :

  • La citadelle du XVIe édifiée pour l'essentiel de 1554 à 1559. 
  • La maison où Napoléon est né et a grandi (Musée de la Maison Bonaparte)
  • La vieille ville et le Borgu, typiquement méditerranéens, avec leurs rues étroites et pittoresques.
  • La cathédrale Santa Maria Assunta, de la renaissance, dans laquelle Napoléon a été baptisé.
  • Le Palais Fesch (Musée des Beaux-Arts)
  • Le Musée A Bandera (Musée d’Histoire Corse Méditerranéenne)
  • Le quartier dit « des étrangers » comporte nombre d'anciens palaces, de villas et de bâtiments autrefois construits pour les hivernants anglais à la Belle époque, comme l’église anglicane ou le Grand Hôtel Continental. Certains des bâtiments sont en mauvais état de conservation et très dégradés, d'autres ont été détruits pour l'édification d'immeubles modernes. Le quartier conserve tout de même une belle architecture et reste très agréable à visiter.
  • La bibliothèque municipale qui contient plein de livres anciens
  • Et bien d'autres choses...

Et on peut faire son shopping sur le Cours Napoléon et la rue Fesch (entre autres) qui regorgent de boutiques.

La route des Sanguinaires longe toute la côte Sud de la ville, après la plage Saint-François. Elle est bordée de belles villas et de criques et plages. En bordure de la route se situe le cimetière d'Ajaccio, avec la tombe de Tino Rossi. Au débouché de la route des Sanguinaires se situe la pointe de la Parata avec à proximité l'archipel des Sanguinaires et son phare.

z13

Le sentier des Crêtes, qui part du centre-ville permet une randonnée facile et offre de splendides panoramas sur le golfe d'Ajaccio. Les rives de ce dernier sont parsemées d'une multitude de plages et petites criques idéales pour la baignade et la plongée sous-marine.
De nombreux petits sentiers à travers le maquis maillent le territoire de la commune.

Bon, le problème, c'est que les appartements y sont très chers... Et puis il faudrait qu'on finance les vols par avion pour aller voir ou recevoir la famille et les amis. Pas sûr que ce beau rêve soit faisable...

Scrongneugneu.

z07

z08

z09

Bibliothèque municipale

z10

Citadelle

z11

Cathédrale

z14

Palais Fesch

z15

Place Foch

z16

Place de Gaulle, mon endroit préféré pour rêvasser

z12

 

Billet insérant des morceaux de Wikipédia