À la fin de l'Empire romain, elle connaît un afflux de population dû à l'immigration massive de Bretons insulaires dans une partie de l'ancienne Armorique gauloise. Ceux-ci créent un royaume au IXe siècle, qui devient ensuite un duché vassal du royaume de France. Réunie à la Couronne de France en 1532, elle intègre le Domaine royal et devient une province française, jusqu'à sa disparition administrative en 1790 et sa division en cinq départements : Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure et Morbihan.

01

Son nom breton, Breizh est orthographié avec un « ZH » pour rassembler l'ancienne écriture existant pour le Nord et l'Ouest (Breiz) avec celle du Sud (Breih). « Breizh », est couramment abrégé en « BZH ». En gallo, l'autre langue de Bretagne (outre le français), son nom est Bertègn (dans le système Aneit), Bertaèyn (système ELG) ou B·rtingn (graphie dominante en Ille-et-Vilaine du système MOGA).

L'appellation Bretagne désigne aujourd'hui une région française, composée de quatre départements. Le département de la Loire-Atlantique a été administrativement rattaché à la région Pays de la Loire en 1955 ; la question de sa réunification à la région Bretagne fait l'objet de nombreux débats.

Étymologie

Le nom de Bretagne est issu du latin Brittania qui signifie littéralement « pays des Bretons ». Ce mot est utilisé dès le Ier siècle par les Romains pour désigner la Bretagne insulaire (Grande-Bretagne) et, plus précisément, la province romaine qui s'étend du Sud de l'île jusqu'aux murs protecteurs du Nord (les murs d’Agricola, d’Hadrien puis d’Antonin). Le terme latin procède lui-même du mot grec utilisé par le voyageur marseillais Pythéas pour désigner l'ensemble des îles du Nord qu'il visite aux alentours de 320 av. J.-C. (y compris peut-être l'Islande) : Prettanike ou Brettaniai. Au Ier siècle av. J.-C., Diodore de Sicile a introduit la forme Prettania, et Strabon a utilisé Brettania. Marcien d'Héraclée, dans son Périple de la mer extérieure a évoqué des « îles prettaniques ».

02

L'étymologie du radical Prittan-Brittan est obscure, cependant elle est probablement celtique. C'est peut-être celle utilisée par les Gaulois pour désigner les habitants des îles. C'est aussi la source du mot gallois Prydain qui désigne la Bretagne (l'île de Bretagne). Un parallèle peut aussi être établi avec le terme Breifne qui se référait à un royaume d'Irlande au Moyen Âge.

Après la chute de l'Empire romain d'Occident et au fur et à mesure que des Bretons s'installent sur le continent en Armorique occidentale, le nom de la terre britannique originelle des Bretons se substitue aux anciennes dénominations, sans toutefois remplacer totalement celui d’Armorique. Il s'est imposé définitivement vers la fin du VIe siècle et peut-être même dès la fin du Ve siècle. On parle dès lors de Britannia Minor ou de Britannia pour désigner le territoire sous le contrôle des Bretons.

Le terme Armorique est encore utilisé pour désigner la Bretagne et ce, même s'il désignait à l'origine un ensemble beaucoup plus vaste. Il est probablement issu du Gaulois aremorica qui signifie sans doute « proche de la mer ». L'analogie avec le breton ar mor « mer » est anachronique, mais est justifiée partiellement sur le plan étymologique, le terme désignant la mer, mor, étant identique en gaulois et en brittonique. Une troisième dénomination Letauia (en français Létavie) a été utilisé jusqu'aux XIe siècle et XIIe siècle. Il procèderait d'une racine celtique signifiant « large et plat », « s'étendre », « déployer » et se perpétue dans le gallois Llydaw qui se réfère toujours à la Bretagne continentale.

D'après Wikipédia